Environ un utilisateur de fauteuil roulant manuel sur deux va développer de la douleur aux épaules au cours de sa vie. Un simulateur de propulsion en fauteuil roulant permet d’analyse la technique de propulsion de l’utilisateur et pourrait éventuellement servir à l’entraînement de techniques qui réduisent la charge aux épaules et ainsi réduire le risque de développer de la douleur ou des troubles musculosquelettiques.

Lors de ma thèse de doctorat au Laboratoire de recherche en Imagerie et Orthopédie (LIO), à l’École de technologie supérieure (ÉTS), j’ai conçu un tel simulateur, qui permet de modifier la technique de propulsion de l’utilisateur à l’aide de biofeedback haptique. Ce simulateur est présenté dans ce vidéo.

Depuis 2018, je dirige le projet structurant WheelSims, financé par le regroupement INTER. Ce projet vise à structurer et coordonner le développement de simulateurs de fauteuils roulant au Québec. Il contribuera directement au développement d’un nouveau simulateur à l’Institut universitaire sur la réadaptation en déficience physique de Montréal.